browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Un homme providentiel ?

Posted by Sethy on samedi, 04 janvier 2014

Hawass tout© A.P.

Quand Mohamed Morsi est devenu le deuxième président égyptien à être évincé en trois ans, beaucoup ont estimé que l’histoire se répétait. Pour Zahi Hawass, flamboyant Ministre des Antiquités sous Hosni Moubarak, Abdel Fatah Al-Sisi lui fait penser à la montée au pouvoir du pharaon Mentouhotep II, qui a pris la tête de l’Égypte il y a environ 4.150 ans.

« À mon avis, Sisi est vraiment Mentouhotep II, » a dit Hawass. « Vous devez comprendre ce qui est arrivé il y a 4.000 ans afin de comprendre ce qui se passe maintenant. »
Selon l’avis d’Hawass, le bouleversement que l’Égypte a subi depuis 2011 ressemble au siècle de chaos qui a précédé l’accession de Mentouhotep au trône égyptien. Mentouhotep a rétabli l’ordre en Égypte – beaucoup comme Hawass soutiennent que Sisi est sur le point de faire aujourd’hui. « Nous avons besoin d’un officier élu – un homme fort – pour contrôler le pays. Et à mon avis, Sisi est notre seul espoir. »

Hawass est particulièrement plein d’espoir devant l’ascension de Sisi, peut-être parce que celle-ci est intervenue avec la réhabilitation de beaucoup d’entre ceux qui – comme Hawass – furent inquiétés à cause de leur association avec Moubarak. Sous l’ancien président, Hawass est devenu une sorte de célébrité internationale, jouant dans son propre reality-show et vendant son nom à une ligne de vêtements. Mais quand Moubarak est tombé, Hawass s’est accroché à son poste pendant quelques mois, avant son départ sous une nuée d’allégations de corruption non prouvées – et est devenu une cible évidente pour la colère publique.
Maintenant Hawass est de retour en tant qu’ambassadeur pour le ministère du tourisme. Presque impensable il y a une année, il vise même son retour à son ancienne fonction, celle de Ministre des Antiquités – une fois installé un gouvernement permanent – et prétend avoir de nombreux soutiens.

 » Vingt mille personnes ont signé une pétition me demandant de revenir. Les jeunes viennent me voir maintenant en pleurant, parce qu’ils ne peuvent pas faire de fouilles comme dans le passé. »
Que les gens viennent à lui en larmes est un point discutable – lorsqu’il était en fonction, on l’a accusé de favoritisme et de s’être souvent approprié les découvertes des autres. Mais aujourd’hui les terrains archéologiques de l’Égypte sont sous une extrême menace. Les pillages et les constructions sauvages sont devenus quotidiens

« Ce qui se passe sur les sites antiques est aujourd’hui un crime. Il y a des fouilles illégales partout en Égypte, » a dit Hawass, qui estime que plus de 30 % des sites antiques ont pu être endommagés, un chiffre invérifiable néanmoins répercuté par d’autres dans ce domaine. Il y a beaucoup d’archéologues qui ont sonné l’alarme et proposé des solutions – mais pour Hawass, il y a naturellement un seul homme pour résoudre la situation. « C’est un cadeau de Dieu, » a dit Hawass, parlant  de son talent pour l’administration « J’ai une vision d’avenir. Mais les responsables en charge aujourd’hui n’en ont pas. »
Selon son propre folklore, Hawass est le seul à avoir l’influence nécessaire pour rapatrier des artefacts égyptiens antiques exposés dans des musées à l’étranger. Sous son nouveau ministère hypothétique, Hawass renouvellerait les appels au retour de la Pierre de Rosette du British Museum. « Le British Museum a fait beaucoup de bon travail pour l’Égypte, » a dit Hawass. « Mais la Pierre de Rosette est un symbole des antiquités égyptiennes et elle devrait être en Égypte »

Hawass est très doué pour l’auto-promotion – il promeut actuellement son dernier livre, Découverte de Toutankhamon – mais il rejette toutes les accusations dont il a été victime. Donc pas de favoritisme dans ses nominations, pas de « récupération » de découvertes, pas de « pots de vin » de National Geographic pour un accès spécial aux sites des pyramides. Hawass insiste sur son innocence : « Lorsque vingt personnes ont proféré des accusations contre moi, c’était sans fondement. Parce que j’étais « clean » et je n’ai jamais enfreint la loi durant ma vie »

Bref, Hawass estime qu’il n’a pas grand-chose à se reprocher et que si jamais il revient en triomphe il n’aura jamais besoin de se justifier. Même de sa défense de dernière minute de Moubarak en 2011, Moubarak dont Hawass avait dit qu’à son avis il devait rester pour assurer une transition ordonnée du pouvoir. S’il se reconnaît un défaut, c’est son ego – ce qui n’est pas, dans la vision du monde « Hawassien », nécessairement un défaut.

« Quand je parle, les gens m’écoutent ; quand d’autres parlent, les gens dorment » a-t-il dit. « Je ne vois pas pourquoi les gens m’en tiennent rigueur. J’ai fait entrer l’Égypte dans le cœur de chacun dans le monde entier. Auparavant, seuls les étrangers le faisaient. En Angleterre, je suis entré dans un ascenseur et une dame s’est évanouie quand elle m’a vu. Elle ne pouvait pas croire que j’étais dans son hôtel. Qu’y puis-je ? »

D’après une interview donnée à The Guardian

Que faut-il souhaiter ? Peut-être ce mal … pour un bien. Parce qu’il faut que les étrangers reviennent en Egypte. Dans certaines régions, les gens meurent littéralement de faim car le tourisme est leur seule source de travail et de revenus.  Et pour faire revenir les touristes, il faut un homme qui sache raconter et promouvoir, si ce n’est avec exactitude historique, avec passion, son pays et de ses trésors. Et il est vrai qu’Hawass a su le faire, avec tous les défauts qu’on lui connaît, avec son ego surdimensionné mais aussi avec une force de conviction à nulle autre pareille. Aujourd’hui la situation est grave, très grave. Et Hawass est peut-être une solution provisoire pour limiter les pillages et redonner un peu d’espoir à ceux qui nous attendent dans ce pays fascinant, toujours avec le sourire !